extrait du bulletin de la société archéologique de tarn et garonne, datant de 1900 :
"Le château du Chartron,marqué sur l'Annuaire des châteaux de France, est construit au milieu du domaine de ce nom, au sommet d'une colline, point culminant de toute la contrée, isolé au milieu d'un site ravissant....Le nom de Chartron vient des Chartreux; cet ordre est, en effet, le premier propriétaire connu du Chartron. Il ressort d'un acte du 2 juillet 1744 que le Chartron dépend des Chartreux de Cahors. Cette habitation était occupée par quelques moines destinés à officier à une église voisine, en même temps qu'à s'occuper du bien. En 1519, Germain de Ganay, évêque de Cahors, unit à la Chartreuse de Cahors le bénéfice de Saint Symphorien, près de Lauzerte, ses dîmes et sa vicairie perpétuelle. Des Chartreux desservirent cette église avec le titre de vicaires amovibles, et leur habitation fut plus tard érigée en prieuré. La vicairie en question est donc le Chartron. L'habitation a donc été construite avant 1519..."

On peut aussi parler des jardins de buis... un tracé original du XVème siècle.
Ils ont été réalisés en forme de croix surmontée d'un cercle, symbole de St Bruno, fondateur de l'ordre des Chartreux. C'était les jardins de méditation et de déambulation pour les moines, ainsi que des jardins de simples.

"Le Chartron et ses jardins est situé sur une colline dominant Lauzerte (un des plus beaux villages de france).
De sa position se dégage un remarquable angle de vue sur la vieille cité et son éperon.
Le domaine du Chartron comporte un ensemble bâti de la fin du XVIIème (maison et dépendance),
le parc en deux parties séparées par une route (coïncidant avec le GR65, chemin de st jacques de compostelle)
avec, de l'autre côté de celle-ci, près de la bâtisse, un pigeonnier seigneurial sur colonnes avec capel caractéristique de l'architecture vernaculaire du Tarn et Garonne. Le nom de Chartron vient de Chartreux :
en effet, un prieuré de l'Ordre des Chartreux de Cahors était établi ici au XVème.
Unie à la Chartreuse, l'église romane de st Sernin du Bosc(inscrite à l'inventaire des Monuments Historiques),
située en contrebas dans un vallon à l'Est à quelques 800m environ, et dont les religieux possédaient le bénéfice.
Le bâtiment connut une affectation monastique jusqu'au début XVIIème, et est devenu propriété privée depuis 1729.
Aujourd'hui, Mr et Mme Verdier entretiennent et font vivre le domaine en y accueillant des pèlerins du chemin de
st jacques de compostelle, des touristes et des vacanciers, des stages et séminaires, ainsi que des expositions
d'art contemporain.
L'intérêt de ce domaine est quadruple :

-naturel et botaniste : il est inclus dans la ZNIEFF de la Butte du Grès et du Pech de Cachou comportant des chênes verts et pubescents, une flore méditéranéenne et sub-méditéranéenne, et des orchidées.
à noter aussi : zones truffières!

-paysager : côté Ouest une allée de 400m conduit à un belvédère naturel où se découvre en face Lauzerte,
et côté Sud, la chaîne pyrénéenne.Une bouyssière borde cette allée jusqu'à mi-parcours.
Sur la droite, quatre carrés de buis forment une composition végétale évoquant un cloître (symbole de st Bruno, fondateur de l'ordre des Chartreux); au milieu d'un jardin carré un massif conserve des rosacées plantées depuis plusieurs générations. Entre ces jardins et la limite Nord, une clairière traitée en pelouse permet de dégager une autre vue sur Lauzerte, perceptible depuis la bâtisse.

-architectural : la maison avec son appareil de pierres et ses ouvertures est caractéristique du XVIIème; sous celle-ci se trouve une belle cave voûtée en anse de panier, un des lieux actuels d'exposition.
La dépendance utilisée comme gîte d'étape est contiguë à la maison et de même époque. De l'autre côté de la route, le pigeonnier décrit plus haut.

-touristique et culturel : un gîte d'étape situé sur le chemin de st jacques, des chambres d'hôtes, une structure accueillant stages, manifestations culturelles, expositions d'art contemporain."

On peut aussi noter :
-La maison de maître : elles ne sont pas nombreuses sur la commune.
L'entrée est ici marquée par un portail ouvragé inséré dans un mur de clôture en pierre.
La présence du végétal est importante : buis pour marquer l'entrée et délimiter la parcelle en clôture, treille sur la façade sud pour la fraîcheur, "arbres rois" (essences ornementales, cyprès) soulignant l'importance de la propriété.
-L'architecture très soignée du pigeonnier (colonnes, randières, colombage, capel) en fait un des joyaux de l'architecture vernaculaire de la région, et témoigne de l'importance donnée à ce petit édifice.

"Les constructions, très vastes, comprennent un pigeonnier seigneurial énorme élevé à la hauteur d'un étage sur quatre piliers de pierre.
L'habitation des maîtres est flanquée au dos d'une terrasse de 19m de long sur 5m de large (couverte et toute vitrée) et au dessous de laquelle se trouve une cave de même longueur; plusieurs pièces ont encore la forme de cellules...
A l'entrée des jardins de buis, à quelques dizaines de mètres de la maison se trouve un puits de gros diamètre et très profond."